Imprimer

Travaux de restauration

L'abbaye de Belleperche était très dégradée lorsque le Conseil Général en devint propriétaire. Le préau du cloître était une cour de ferme encombrée de hangars en parpaings, les galeries murées et cloisonnées avaient servi d’étable, d’écurie, de garage… Un tiers de l’édifice se trouvait à l’abandon, et la toiture s’était en partie effondrée. La partie centrale empirait. Quant à l’hôtellerie, elle resta habitée jusqu’en 1998, bien que sa toiture menaçait de s’écrouler.

Le cloître

Les travaux de restauration ont débuté par le chantier spectaculaire du cloître au printemps 1993. La moitié de l’aile nord fut reconstruite, ce qui permit de refermer la cour intérieure à l'arrière du cloître, d’ancrer la galerie par des tirants et de restituer son volume dans le prolongement du passage du XIIIe siècle, entrée originelle du cloître.


Le cloitre Le cloitre
Le cloitre Le cloitre

Les soubassements

Après une première rénovation des soubassements médiévaux sur la rive de la Garonne, en 1996-1998, le dernier tiers a fait l'objet d'une restauration complète en 2008/2009, indispensable pour assurer la stabilité de l'ensemble.


Les soubassements

Les soubassements


L’hôtellerie

En 2001-2002, l’enfilade des salles de réception de l’hôtellerie a retrouvé son éclat. Le sol de briques, d’un rose fané, a repris une teinte rouge foncé après traitement. Les décors de gypseries des années 1762-1765, ternis et fissurés, ont été nettoyés, complétés et passés au badigeon de chaux blanc.

L’hôtellerie L’hôtellerie
L’hôtellerie L’hôtellerie

Le grenier

A la même date, le grand grenier dans lequel les moines entreposaient tout le nécessaire à la vie quotidienne, fut à son tour restauré. Avant 1999, il était impossible de se rendre compte du volume de cette salle puisqu'un appartement occupait presque tout le vaisseau nord. On entrait dans le grenier par une porte charretière percée au cours des années 1920 dans la façade du XIIIe siècle, et fermée par un volet coulissant en plastique. Les travaux conduits en 2001 ont abouti à une véritable métamorphose.

Le grenier Le grenier
Le grenier Le grenier

L’aile des jardiniers

Construite dans la première moitié du XVIIIe siècle sur des structures antérieures, l’aile des jardiniers fut remodelée dans les années 1760 puis modifiée en 1796 ou 1797 par l'insertion d'un escalier. Dans la première moitié du XXe siècle, la toiture s’effondra. La restauration s'est inscrite dans la dernière phase de mise hors d’eau de l’abbaye. Les fenêtres ouvertes au XIXe siècle ont été condamnées, et pour consolider le bâtiment, une ceinture de renfort et des tirants ont été intégrés à la corniche.

L’aile des jardiniers L’aile des jardiniers
L’aile des jardiniers L’aile des jardiniers

L'aménagement de l'abbaye s'est poursuivi entre fin 2010 et début 2014 avec la restauration de l'ancienne hôtellerie, à l'est du grand corps de bâtiment. L'escalier d'honneur et le vestibule ont recouvré leur prestige, les graffitis de la grande galerie ont été dépoussiérés et fixés et les anciennes chambre d'hôtes, également restaurées, accueillent aujourd'hui expositions permanentes et temporaires.